«Ce silence qui tue» : un documentaire criant de vérité

Publié par Oumaima Jamali - Jeudi 30 mai 2019 - 18:56

Ce silence qui tue est un documentaire réalisé par Kim 0’Bomsawin qui expose des histoires troublantes récoltées auprès des autochtones venant de différents endroits au Canada.

Le phénomène de la disparition et de l’assassinat de femmes autochtones est un enjeu majeur dans notre pays, mais qui reste très peu connu par de nombreuses personnes. Environ 1800 femmes indigènes ont pourtant été portées disparues ou assassinées depuis 1980. Selon les statistiques, elles ont huit fois plus de risque de se faire tuer qu’une femme non autochtone.

Angel Gates, une ancienne prostituée, se dévoile dans le film et nous explique les causes de sa déviation. Depuis toute jeune, elle subit des agressions sexuelles. Elle est forcée à exercer un travail qui ne l'honore pas. De plus, elle a vécu dans la terreur en voyant sa mère se faire tuer par son copain. Angel se qualifie de survivante puisqu’elle a réussi à résister aux coups de couteau, aux coupures de doigts et au coup de feu qu’elle a subis dans le quartier où elle demeure, Downtown East Side, à Vancouver. Un arrondissement pauvre qui rassemble un nombre important de consommateurs de drogues dures, d’alcooliques et de travailleuses du sexe.

La surdose: un événement récurrent

Paige, 19 ans, meurt d’une surdose dans le Downtown East Side. C’est un événement très récurrent et familier dans cet endroit.

Près de la moitié des jeunes se retrouvent dans des refuges ou familles d’accueil, alors que ces autochtones ne représentent que 7% de la population canadienne. Par la suite, dès l’âge de 18 ans, elles sont laissées à elles même et c’est de cette façon qu’elles s’égarent du droit chemin. Ces filles, abandonnées, se retrouvent dans des maisons de chambre où elles sont violées et où elles consomment de la drogue de façon excessive. D’après les témoignages, se trouver un logement après être sortie d’un refuge est un réel défi.

Le film de O’Bomsawin sensibilise les gens sur les problèmes majeurs concernant la communauté autochtone. Les relations entre femmes et hommes se détériorent, car leur passé est bien ancré en eux et agit sur leur fonctionnement ensemble. La société donne peu d’importance à ce peuple qui a tant besoin d’aide.

Martin Després

Merci Oumaima pour cet excellent résumé! Ayant des racines autochtones, je suis très touché par ces situations pour le moins tragiques. J'espère que l'avenir sera meilleur pour ces peuples qui ont pratiquement tout perdu de leurs racines depuis l'arrivée des premiers colons. Ton texte permettra aussi d'attirer l'attention sur ce documentaire et sur ces situations qui perdurent depuis trop longtemps.

ven 31/05/2019 - 14:14 Permalien

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.